Visionner la vidéo de présentation de l’action « Coup de Pouce LANGAGE ». Les chercheurs de l’AsFoReL et les professionnels de Vandœuvre les Nancy expliquent et témoignent…

L’objectif « Coup de Pouce LANGAGE »

Les ateliers « Coup de Pouce LANGAGE » animés par des « facilitateurs de langage » visent à développer le langage de l’enfant par un « entraînement », en complément de l’apprentissage du langage réalisé en famille et à l’école maternelle.

Les ateliers visent à accompagner les enfants pour favoriser leur maîtrise de la langue orale par la multiplication d’échanges individualisés.

Grâce au support d’albums illustrés lus par l’adulte, les ateliers initient les enfants au fonctionnement du langage écrit.

Les ateliers « Coup de Pouce LANGAGE » proposent à des enfants des temps de dialogue réguliers pendant lesquels ils seront confrontés à des constructions langagières adaptées à leur niveau. À partir d’ « Histoires à Parler », les « facilitateurs de langage » offriront des fonctionnements linguistiques que les enfants pourront reprendre à leur compte.

Pour quels enfants ?

Les enfants entre 3 et 6 ans, dont la connaissance de la langue orale est insuffisante pour envisager sereinement l’apprentissage de la lecture – écriture ; les enfants pour lesquels les sollicitations orales ne leur permettent pas de développer la langue orale.

La durée du dispositif

L’action est prévue pour une durée de 7-8 mois environ (de novembre à juin), exceptées les périodes de vacances scolaires. Elle est menée avec les mêmes enfants tout au long de l’année. Les diverses expériences démontrent que plus l’action démarre tôt, plus elle est efficace : un soutien sur deux années consécutives est particulièrement bénéfique pour le langage de l’enfant et son entrée dans l’écrit.

Supports pédagogiques 

L’AsFoReL a construit ses propres outils : les collections Histoires à parler, Grenadine et La Cité des Bleuets. Ce sont des albums dont les textes comportent une structuration progressive du langage, prenant en compte la complexité syntaxique ainsi que la logique du raisonnement.

Ces collections ont été réalisées en application des résultats des recherches sur l’acquisition du langage, en vue de l’entraînement individuel d’un enfant par un adulte.

L’objectif est multiple :

  • Procurer chez l’enfant le plaisir d’écouter une histoire :
    – la lecture par l’adulte lui permet d’interpréter les illustrations et donne du sens à l’histoire ;
    – la lecture par l’adulte favorise l’activité mentale de l’enfant, le contenu des histoires étant le plus proche possible de sa propre expérience du monde ;
  • Favoriser chez l’enfant la production d’un discours narratif en s’appuyant sur les illustrations ;
  • Fournir à l’adulte un support efficace pour offrir à l’enfant l’expérience de diverses formulations langagières, de différentes constructions syntaxiques, correspondant à un enchaînement de pensées à sa portée.

Grâce au fonctionnement de la langue proposé par l’adulte, à travers les lectures du texte de chaque livre, inlassablement reprises, à la demande de l’enfant ou non, et à travers ses reprises et reformulations, l’enfant acquiert peu à peu la maîtrise de son propre système langagier et la possibilité de raconter, de commenter en toute autonomie. Il devient capable d’utiliser des formulations langagières explicites et syntaxiquement articulées : il apprend à parler en racontant.

Ces livres constituent des outils d’apprentissage où le texte a été conçu pour être est une narration à la portée des enfants.

Déroulement d’une séance

L’objectif est double : interagir de façon efficace et activer le goût du livre auprès d’enfants qui, pour la plupart, n’en ont pas ou peu chez eux.

La séance est constituée de 3 phases :

1- L’accueil de l’enfant, avec un temps d’échanges sur la vie quotidienne

2- Des échanges entre le « facilitateur de langage » et l’enfant à partir de livres spécifiquement conçus pour un entraînement au langage

3- Des activités autour d’autres livres ou d’une revue

Mise en place du dispositif

Les enfants en besoins langagiers sont la plupart du temps repérés par les enseignants.

L’action est mise en œuvre en partenariat avec les écoles, la commune et l’AsFoReL.

La municipalité désigne un pilote qui sera le responsable du dispositif pour les écoles de la commune. Il coordonne l’action entre les différents partenaires : responsables locaux, enseignants et inspecteurs de l’Éducation nationale, « facilitateurs », AsFoReL. Le pilote est le principal interlocuteur des « facilitateurs ». Son rôle est d’élaborer les documents administratifs relatifs au dispositif et d’assurer la logistique des ateliers. Il est le garant du bon fonctionnement de l’action.

L’évaluation du dispositif

L’AsFoReL propose plusieurs modalités d’observation et d’analyse du langage des enfants :

  • Une évaluation quotidienne (cahier de bord complété à chaque séance) ;
  • Une évaluation à partir de questionnaires complétés en fin d’année par les facilitateurs de langage, les enseignants et les familles ;
  • Une évaluation de chaque enfant à partir de deux à trois enregistrements audios d’ateliers réalisés par les facilitateurs (au départ de l’action, à mi-parcours et en fin d’action).

L’évaluation à partir d’enregistrements offre une analyse qualitative et quantitative de l’évolution langagière des enfants sur l’année. Les analyses sont réalisées au moyen de grilles spécifiques issues de la recherche en linguistique de l’acquisition. 

L’évaluation proposée permet :
– de s’assurer du bon fonctionnement des ateliers et du degré de satisfaction des partenaires ;
– de connaître l’impact en retour de l’action dans la classe ;
– de faire une analyse précise de l’évolution du langage de chaque enfant ;
– de mettre en évidence les effets du langage adressé aux enfants par les facilitateurs et d’ajuster et perfectionner les façons d’interagir au fur et à mesure.

Téléchargement des évaluations des ateliers « Coup de Pouce LANGAGE »

Consulter notre nouvelle évaluation 2020

Effet de l’intervention des facilitateurs de langage sur le développement du langage des enfants

Dans cette étude, nous avons cherché à évaluer les pratiques langagières des facilitateurs de langage intervenant auprès d’enfants d’école maternelle dans le cadre des ateliers d’apprentissage du langage Coup de Pouce LANGAGE. Dans la démarche adoptée, la formation a pour but d’aider les facilitateurs à identifier les modalités d’interaction les plus adaptées qui permettent de déterminer la marge de progression d’un enfant par rapport au langage qui lui est adressé.

Nous avons voulu répondre aux questions suivantes :

  • Observe-t-on une évolution lexicale et syntaxique du langage des enfants entre le début et la fin de l’année scolaire ? Si oui, cette évolution est-elle corrélée aux modalités d’échanges proposées par les adultes ?
  • La formation a-t-elle eu un impact sur la façon de parler des facilitateurs ? Autrement dit, y a-t-il eu une modification des pratiques langagières des facilitateurs ?
  • Si oui, le statut de l’intervenant et l’âge des enfants jouent-ils un rôle ?

Pour ce faire, nous avons réalisé une analyse statistique des données recueillies dans 6 villes (20 écoles, dont 16 en REP/REP+) auprès de 26 facilitateurs et 131 enfants.

Télécharger le diaporama
Télécharger l’évaluation simplifiée

Référence : Canut E., Husianycia M., Masson C., 2021, « Une linguistique impliquée en acquisition du langage ? De la question du transfert de l’expertise du chercheur au professionnel de l’éducation », Etudes de linguistique appliquée

Déploiement géographique du dispositif « Coup de Pouce LANGAGE »

Chaque année, depuis 2008, l’AsFoReL conduit la mise en place du dispositif « Coup de Pouce LANGAGE » dans une dizaine de villes du territoire. Chaque année, entre 700 et 800 enfants sont pris en charge dans les ateliers.

Notre action Coup de Pouce LANGAGE ne doit pas être confondue avec le programme Coup de Pouce CLA.

L’action « Coup de Pouce LANGAGE » est portée par l’Association AsFoReL depuis 2006 après son expérimentation à Angers par Emmanuelle Canut (Professeure des Universités en Sciences du langage) et Antoine Bosseau (formateur, ancien orthophoniste) entre 2003 et 2006.